Résistance à la guerre en Israël - un aperçu

Sergeiy Sandler

LA SOCIETÉ israélienne est extrêmement mil itarisée. Les enfants dans les écoles maternelles doivent organiser une parade militaire à la fin de leur fête annuelle. Quelques années plus tard, ils étudient quelques uns de leurs sujets régulièrement au programme avec des enseignants qui sont des conscrits en uniforme militaire. Les professeurs principaux au lycée sont très souvent d'anciens officiers militaires de carrière, récemment à la retraite. Ces officiers ont probablement été salariés comme directeur dans les secteurs public ou privé de l'économie. Les généraux, s'ils aspirent à une carrière politique deviennent membres de cabinet ministériels, ministres, et après peuvent assumer tout à fait naturellement le poste de Premier ministre.

Dans une société militarisée comme Israël, la conscription représente l'instrument central du pouvoir politique et sa principale préoccupation à l'ordre du jour. Les inégalités sociales sont reproduites, renforcées et souvent créées par la poli tique de conscription de l'armée. Ainsi les membres de la minorité palestinienne parmi les citoyens d'Israël ne sont pas appelés au service militaire et ce fait est utilisé comme prétexte pour une discrimination officielle et non-officielle contre eux dans toutes les sphères de la vie. Par exemple, quand un employeur recherche un travailleur " ayant accompli le service militaire ", cela se décode en " Arabes non désirés ". Quelques petits groupes à l'intérieur de la minorité palestinienne (dont la communauté religieuse druze) sont néanmoins incorporés au nom du vieil adage " diviser pour régner ".

Au sein de la majorité ethnique juive, le mili tarisme renforce les inégalité sociales entre les sexes et entre les classes sociales. Bien que la plupart des femmes juives doivent faire le service militaire, elles servent sur une durée plus courte et occupent des fonctions que les militaires estiment non-importantes. Ceci est le reflet du statut social des femmes et de leur marginalisation dans la vie publique (par exemple, les femmes représentent moins de 10 % des parlementaires israéliens). Les opinions des généraux dans les affaires publiques font autorité. Les opinions des femmes sont considérées comme hors de propos, non pertinentes. Les hommes de la classe ouvrière juive sont habituellement affectés à des fonctions techniques et logistiques au sein de l'armée, pour que plus tard, comme les femmes, les soldats druzes et à l'inverse des autres hommes juifs, ils soient incapables de bénéficier leur services militaires à des fins de progression dans leur statut social.

Pour illustrer davantage ce point, toutes les femmes juives religieuses, tout comme les Druzes et les hommes juifs engagés dans des études religieuses, sont exemptés de service militaire. Dans le cas des hommes juifs (c'est à dire le groupe privilégié) ce problème est devenu l'un des plus brûlant débat public des dix dernières années en Israël.

Quelque part, ce que cette longue introduction vise à montrer c'est qu'en Israël, le militaire constitue le centre du pouvoir politique. La politique militaire fait l'objet de débats publics impitoyables.

La conscription est un des problèmes politiques prioritaire. Dans ce contexte toute sorte de résistance à la guerre revêt une importance politique particulière. Il n'est donc pas étonnant que depuis la deuxième Intifada en 2000, alors que l'opposition radicale à la politiques et aux crimes d'Israël dans les territoires occupés est largement passée sous silence, les groupes organisés de résistants à la guerre ont réussi à plusieurs reprise à interrompre le tourbillon des médias israéliens et à s'insérer dans l'ordre du jour politique.

Comme indiqué ci-dessus, la politique de con scription forme et renforce les divisions sociales.

En conséquence, les résistants à la guerre constituent une très large diversité sociale et politique en Israël. Une synthèse de cette diversité est utile pour comprendre cet important mouvement de résistance sociale et politique.

Pour commencer, le refus d'accomplir le serv ice militaire varie en étendue et en fonction des motivations idéologiques. Certains objecteurs sont motivés par des considérations en lien avec le conflit israélo-palestinien et avec l'occupation de la Palestine. D'autres, par exemple les pacifistes et les anarchistes, appuient sur des soucis plus larges, moraux et politiques. Il n'y a pas de frontière tranchée entre ces deux groupes.

Souvent c'est juste une manière de souligner un moment ou un autre dans la position globale d'un objecteur. Certains objectent au service militaire en toutes circonstances, pendant que d'autres refusent de servir dans les Territoires occupés.

Les objecteurs forment aussi des groupes diversifiés en termes de caractéristiques sociales.

Des jeunes de moins de vingt ans refusent l'incorporation, pendant que d'autres dans la trentaine ou la quarantaine excluent de faire leurs périodes de réserve. Beaucoup viennent de familles des classes moyennes, mais il y en a aussi des classes laborieuses, dont un groupe considérable d'immigrants de l'ancienne URSS.

Certains ont une histoire familiale d'engagement actif dans la gauche radicale, d'autres rencontrent une attitude hostile de la part de leurs parents et de leurs proches (et il arrive parfois que des jeunes objecteurs fassent s'investir dans un soutien à leur cause leurs parents à l'origine hostiles).

Au sein de ce mouvement, le groupe des femmes objectrices est important. Les femmes juives en Israël sont enrôlées. À notre connaissance, Israël reste actuellement le seul pays à conscription obligatoire pour les femmes. En correspondance, s'est développé un important mouvement de résistance au service militaire en Israël, le seul de ce genre au monde. La législation israélienne est aussi anomale en ce sens qu'il existe un statut d'objecteur de conscience reconnu seulement pour les femmes. Ce qui fait que les objectrices sont répertoriées dans un groupe à part de leurs pendants masculins.

Les objecteurs druzes forment un autre groupe d'intérêt spécifique. Comme mentionné plus tôt, les hommes druzes, au contraire des Israéliens d'origine palestinienne doivent faire le service militaire. Depuis 1956, quand le gouvernement israélien a décrété la conscription des Druzes, il existe un mouvement de réfractaires druzes. Les objecteurs druzes pointent habituellement leur refus de combattre contre leur peuple dans une guerre ethnique. Ils sont souvent restés derrière les barreaux nettement plus longtemps que les autres objecteurs.

Depuis le début de la deuxième Intifada en septembre 2000, le nombre d'objecteurs déclarés a augmenté dramatiquement. D'une poignée d'individu il est passé à des milliers. Environ deux cents objecteurs ont été emprisonnés, souvent à répétition (jusqu'à huit fois pour le même " délit ").

Deux groupes organisés d'objecteurs - la Lettre des lycéens seniors (Shministim) et le Courage de refuser - ont rédigé des déclarations collectives d'objection et provoqué un débat intense et brûlant dans la société israélienne et dans les principaux médias. Au sein de la gauche radicale, parmi ceux qui s'opposent à l'occupation de la Palestine et aux opérations de l'armée israélienne dans les Territoires qu'elle occupe, le mouvement des objecteurs assume désormais un rôle central et éminent.

Mais dans un sens, ce mouvement politisé d'objecteurs de conscience n'est que la pointe émergée de l'iceberg. Les statistiques du recrutement montrent que sur les dix dernières années, il y a eu une montée en régime sensible du nombre des gens qui ne sont pas incorporés ou qui sont dégagés prématurément de leurs obligations militaires. Il est de notoriété publique que la plupart de ces personnes préparent leur réforme. Il forment ce qu'on appelle l'objection " grise ".

Certains sont officiellement exemptés pour des motifs " d'incompatibilité ". De nombreuses femmes n'ont pas été incorporées sur leur déclaration (souvent fausse) qu'elles observaient strictement la religion juive. En ajoutant la minorité palestinienne (qui n'est pas enrôlée, bien qu'aux termes de la loi elle doive un service militaire), ces objecteurs " gris " représentent la majorité ( de 55 à 57 %) de leur tranche d'âge parmi les citoyens d'Israël.

Il est difficile de lister les diverses raisons à l'o rigine de l'objection " grise ". Certains sont en fait motivés politiquement et idéologiquement, mais ils optent pour la méthode la plus facile pour éviter de faire l'armée et ne déclarent pas publiquement leur objection. D'autres échappent au service militaire parce qu'ils sont soutien de famille. D'autres souhaitent encore poursuivre des études ou construire une carrière et estiment que le service militaire est une perte de temps.

Plusieurs diraient juste qu'ils n'aimeraient pas faire l'armée. Mais quelle que soit l'explication que les objecteurs " gris " donnent à leur refus du service militaire, ce geste est porteur d'une grande importance politique. Dans une société si hautement militarisée, ne pas aller à l'armée, c'est voter avec ses pieds, voter contre la poursuite de la militarisation d'Israël et contre la structure du pouvoir que cette militarisation engendre.

Donc, de plusieurs façons, la diversité du mouvement des objecteurs en Israël joue un rôle pivot dans la résistance à la guerre dans l'une des plus brûlantes zones de guerre actuellement sur terre.

Programmes & Projects
Countries
Theme

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.