L'illusion de la sécurité comme outil de contrôle social : la militarisation de la réponse à la pandémie en Israël

en
es
fr
Author(s)
Rela Mazali, Sergeiy Sandler, Roni Slonim

Israël est un État et une société hautement militarisés, et la pandémie de COVID-19 interagit avec cette militarisation de diverses manières – de la manière dont elle a été utilisée comme couverture et excuse pour la violence contre les Palestiniens1 à la manière dont elle a servi de prétexte pour renforcer les tendances autoritaires en général.2 Le contexte politique, dans lequel la pandémie a permis à l'actuel Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, de maintenir son emprise sur le pouvoir malgré les accusations de corruption, dont il fait l'objet devant les tribunaux, a également reçu sa juste part d'attention médiatique.

Cependant, nous voudrions ici souligner un autre aspect de cette intersection : la façon dont l'armée et les autres « services de sécurité » ont pris en charge la gestion de la crise pandémique en Israël. Cet aspect est particulièrement instructif étant donné qu’il illustre la façon dont le militarisme utilise la peur et l'illusion de la sécurité comme instruments de contrôle social.

À la mi-mars 2020, alors que les premiers ordres de confinement entraient en vigueur, les médias israéliens ont fait état d'une « bataille entre le ministère de la défense et le ministère de la santé » sur la question de savoir « qui gérera la crise du coronavirus ».3 Les responsables du ministère de la santé se sont plaints que leurs homologues du ministère de la défense tentaient de prendre en charge les aspects médicaux de la gestion de la crise pandémique sans disposer de l'expertise nécessaire, tandis que les responsables du ministère de la défense arguaient du fait qu'ils étaient les seuls à avoir l'expérience de la gestion des situations d'urgence et que donc la gestion de la crise devrait leur revenir.

Mener de telles batailles pour le pouvoir et les ressources contre les autorités civiles est une forme de guerre dans laquelle le « système de sécurité » israélien excelle vraiment, et dans ce cas également, une victoire épique s'ensuit. Comme l'a décrit un auteur un mois plus tard, « le débat en Israël en ce moment est de savoir si les responsabilités de la gestion de la crise de la COVID-19 doivent être transférées aux forces de défense israéliennes (FDI), au Mossad [principal organisme d'espionnage israélien], au Shin Bet [alias Service général de sécurité] ou à un autre ministère ».4 Énumérons quelques-unes des conquêtes faites :

L'armée devait globalement s’occuper de la population âgée d'Israël pendant la pandémie de fin mars.5 Début avril, le commandement du front intérieur de l'armée est chargé d'aider les maisons de retraite pour personnes âgées, prenant ainsi en charge de nombreux aspects de leur fonctionnement (les administrateurs des maisons de retraite se sont rapidement plaints anonymement aux journalistes que cette intervention était en grande partie inutile).6 D'autres divisions militaires sont chargées de l'acquisition de fournitures médicales,7 ou sont mises « aux commandes » d'hôtels, où les patients COVID-19 confirmés séjournent en isolement.8 Pour ne pas être en reste, le Mossad annonce en grande pompe qu'il avait obtenu, de manière non divulguée, 100 000 kits de test COVID-19 (il s'est vite avéré que ces kits étaient inutiles car ils manquaient le type de tampons nécessaires).9 Une « cellule de crise » commune, gérée par les FDI, le Mossad et le ministère de la défense, a été mise en place dans l'un des plus grands hôpitaux d'Israël pour coordonner la réponse à la pandémie, et l'unité militaire d'opérations spéciales la plus célèbre d'Israël, l'unité de reconnaissance de l'état-major général, a été amenée pour simplifier la logistique.10 Face à toute cette intervention militaire, les professionnels de la santé, sous le couvert de l'anonymat, ont exprimé leurs inquiétudes quant à l’immixtion croissante des responsables militaires dans les décisions concernant les traitements médicaux et la recherche.11

Aujourd'hui, les militaires en service actif ne sont pas les seuls chargés de gérer la crise pandémique en Israël. Des officiers supérieurs à la retraite sont également impliqués. Ces hommes (à quelques exceptions près, il s'agit bien d'hommes) sont automatiquement considérés comme qualifiés pour tout poste de haut niveau au sein du gouvernement et de la fonction publique israélienne, et cela est plus vrai que jamais pour les postes créés pour gérer certains aspects de la crise. Et si, le 1er avril, on nous a dit que l'unité de reconnaissance de l'état-major général avait été amenée à prendre en charge la logistique des tests COVID-19, en mai, une société privée appartenant à un certain Noam Ya'acov – un officier logistique retraité de cette unité, recruté pour participer à cet effort de gestion logistique en tant que réserviste – s'est vu attribuer un contrat pour la gestion des acquisitions liées à la pandémie pour le ministère de la santé, en contournant les exigences obligatoires en matière d'appel d'offres.12

Ce qui soulève la question de la motivation. Pour les officiers eux-mêmes, il y a évidemment les avantages de l'argent (comme dans le cas de Ya'acov) et du pouvoir en jeu. Il y a aussi, bien sûr, le désir sincère d'aider en temps de crise, associé à un sentiment de supériorité et de droit qui aveugle ces officiers militaires aux dommages qu'ils causent en écartant les civils qui ont un type de compétence plus pertinent. Pour les différentes unités militaires et autres « services de sécurité », il y a aussi l'incessante concurrence interne en matière de relations publiques, et le désir d'être présenté encore et toujours au public israélien comme des héros sauveurs. En effet, la collecte de toutes ces informations sur l'intervention militaire dans la gestion de la crise pandémique en Israël a été facilitée par le flux constant d'histoires (souvent ridiculement flatteuses) sur les exploits héroïques de « nos braves hommes en uniforme » poussées vers les médias israéliens. Un éminent journaliste israélien a fait un commentaire dans ce contexte dans un article d'opinion : « Il est presque évident que vous vous demandez s'il s'agit d'une armée qui a un bureau de relations publiques ou d'un bureau de relations publiques qui a une armée ».13

En fin de compte, toutes ces anecdotes s'ajoutent à une histoire plus vaste sur le contrôle social dans une société militarisée. Un gouvernement proclamant des scénarios alarmistes et envoyant des civils à l'abri, du mieux qu'il peut, rejoue d'innombrables épisodes de la vie de la plupart des Israéliens. Jusqu'en 2020, il s'agissait dans tous les cas de flambées militaires, souvent provoquées délibérément par les propres opérations militaires d'Israël. La peur est un ingrédient puissant et central de la militarisation d'Israël. C'est simpliste mais malheureusement vrai : une population préoccupée par les dangers « de l'extérieur » se concentre moins sur les défaillances aiguës du gouvernement « de l'intérieur » et reste plus docile. La peur est la raison pour laquelle une grande partie de la population continue à nourrir l'armée avec ses enfants.

En réponse à cette peur, l'armée et les autres « services de sécurité » offrent l'illusion soigneusement cultivée de la sécurité : on nous apprend à compter sur la prétendue victoire héroïque assurée de l'armée israélienne, et non sur les incertitudes de l'épidémiologie, par exemple, ou de la négociation de la paix, pour nous délivrer de tous les dangers et ennemis. Et dans le contexte de la pandémie de COVID-19, la nature illusoire de ce mythe de la sécurité apparaît clairement. En fin de compte, l'armée a été chargée de la réponse d'Israël à la pandémie non pas en raison de son expertise (inexistante) dans la gestion des crises médicales, mais en raison de sa capacité (très réelle) à inspirer un faux sentiment de sécurité à de nombreuses parties du grand public.

 

1 Voir, par exemple, https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israeli-police-officers-attack-two-arab-jaffa-residents-during-arrest-1.8696980 et https://www.btselem.org/press_releases/20200319_abuse_of_palestinians_in_al_esawiyah_overrides_fear_of_covid_19.

2 Par exemple, tous les téléphones portables en Israël ont été involontairement traqués par le Service général de sécurité ; voir : https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israeli-coronavirus-surveillance-who-s-tracking-you-and-what-happens-with-the-data-1.8685383.

3 https://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-5698789,00.html (en hébreu seulement).

4 https://www.fdd.org/analysis/2020/04/20/covid-19-management-and-decision-making-in-israel/ L'auteur de cet article, un général de brigade israélien à la retraite, n'est pas satisfait des termes de ce débat, et plaide plutôt pour que toute l'autorité reste entre les mains du Premier ministre et du Cabinet de sécurité, conseillé par le Conseil national de sécurité.

5 https://www.jpost.com/israel-news/idf-responsible-for-taking-care-of-elderly-during-coronavirus-outbreak-622146.

6 https://www.timesofisrael.com/as-nursing-homes-become-virus-hotspots-government-turns-to-military-for-help/, et pour la réaction : https://www.haaretz.co.il/health/corona/.premium-1.8745563 (en hébreu seulement).

7 Voir, par exemple, ce rapport haletant (en hébreu) sur les exploits courageux des pilotes de l'armée de l'air israélienne volant avec du matériel médical en provenance d'Italie : https://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-5715048,00.html.

8 https://www.themarker.com/news/health/.premium-1.8725830 (en hébreu seulement).

9 https://www.ynetnews.com/article/Hyg1Bjx88.

10 Voir : https://www.jpost.com/israel-news/idfs-elite-sayeret-matkal-playing-role-in-war-against-coronavirus-623090 et https://www.haaretz.co.il/health/corona/.premium.highlight-1.8729348 (hébreu). Ces articles sont apparus dans les médias israéliens le 1er avril et semblaient si ridicules que beaucoup d'entre nous ont d'abord soupçonné qu'il s'agissait d'un poisson d'avril, mais il s'est avéré qu'ils étaient corrects.

11 https://www.haaretz.co.il/health/corona/.premium-1.8761889 (Hebrew only).

12 https://www.haaretz.co.il/health/corona/.premium-1.9065298 (en hébreu seulement).

13 https://www.haaretz.com/opinion/.premium-who-needs-doctors-when-you-have-an-army-1.8743183.

Information sur l'auteur
Countries
Theme

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

About the authors